Je suis une maudite Sauvagesse Eukuan nin matshi-manitu Innushkueu

EUKUAN NIN MATSHI-MANITU INNUSHKUEU

Je suis une maudite Sauvagesse  Eukuan nin matshi-manitu Innushkueu

Je suis une maudite sauvagesse
chronique d’An Antane Kapesh
Édition bilingue innu-aïmun / français
Édité et préfacé par Naomi Fontaine
Traduit en français par José Mailhot

Résumé
Un classique. Dans Je suis une maudite Sauvagesse, An Antane Kapesh dresse un constat de la situation des Autochtones et plaide en leur faveur. Monologue inquiétant. Cri d’une Innue qui voit son peuple se laisser assimiler et sa culture se détériorer sous l’action du Blanc.

Extrait de la préface de Naomi Fontaine
« Elle était Innue. Elle était née dans la forêt, avait vécu jusqu’à l’âge adulte comme nomade. Et il y a eu la réserve, le pensionnat, la haine, le racisme comme un système, le vol de son territoire, le vol de son humanité. Lorsqu’elle écrit : Je suis une maudite Sauvagesse, ce n’est ni de la témérité ni de l’arrogance. Elle pèse le poids de ce regard porté sur elle, sans baisser les yeux. Car elle sait, ce que nous avons oublié, nous les héritiers du Nord, elle sait la valeur de sa culture. Elle n’est pas colonisée. Je n’avais jamais rien lu de tel avant. »

L’auteure
Née en 1926 dans le Grand Nord, la vie d’An Antane Kapesh bascule en 1953 lorsque le gouvernement déracine sa famille de ses terres. Commence alors son long combat pour la préservation des territoires, de la culture et de la langue des Innus. Ses livres Je suis une maudite Sauvagesse / Eukuan nin matshi-manitu innushueu (paru pour la première fois en 1976) et Qu’as-tu fait de mon pays ? / Tante nana etutamin nitassi ? relatent sa vie et sa pensée sur l’histoire des Innus. Mère de huit enfants, elle décède à Sept-Îles en 2004. Gardienne de la pensée innue, elle est une source d’inspiration pour les écrivains autochtones.

An Antane Kapesh : la première écrivaine innue

Table des matières

Table des matières
Couverture 1
Page de titre 4
Préambule 13
Je suis une maudite Sauvagesse Eukuan nin matshi-manitu innushkueu 15